jeudi 11 décembre 2014

Winter is coming, and I love it



Et puis la pluie qui fouette, gelée, me glace, mes doigts ne bougent plus, je ne vois rien sous ma capuche, crains pour les filles qui foncent vers la voiture se mettre à l'abri.
Je n'entends pas les voitures pour les guider, ni ma Grande qui me raconte sa matinée.
Winter is coming. Je maudis ce vent qui nous empêche de nous retrouver sereinement après une matinée d'école et de travail.

Et puis nous voilà, dans notre maison douce, au chaud pour plusieurs heures... Et là l'hiver prend tout son sens, et là j'ai envie d'écrire et savourer ces instants de décembre, à la lumières des guirlandes du sapin...

- J'enfile mes chaussons.
 Même si la chaleur vient du sol chez nous, marcher sur des coussins est un bonheur d'hiver.

- Je sieste sans complexe.
 Par temps doux et ensoleillé, pointe souvent en moi la culpabilité de ne pas bouffer chaque rayon en m'activant dehors, et ainsi faire le plein de vitamine D. Je suis marmotte, je surkiffe la maison calme et mes lectures de l'après-midi.Plonger dans un sommeil qui me permettra de survivre aux soirées agitées...

- Chocolat chaud
A défaut de cheminée, on a allumé toutes les bougies de la maison. Toutes les trois autour de la table de la cuisine, on a trempé et fait dégouliné nos tartines dans de jolies tasses de chocolat chaud. On a pris le temps. On a fait bibliothèque buissionnière.

Et en photo floue, c'est le bel hiver...


vendredi 31 octobre 2014

Run, Run, Run


Cette année est résolument tournée vers la sur-activité.

J'aime courir entre les différentes activités. Etre avec les filles puis danser. Etudier puis cuisiner. Voir des amies puis travailler...
Et se rendre chez le médecin, se lever la nuit pour calmer les filles qui toussent, enchaîner les coups de fil, annuler-reporter, remplir encore et encore l'agenda...

La vie est riche, et j'accueille les imprévus avec bienveillance, mesurant toute leur relativité, même quand l'esprit s'affole (même si cela semble grave). Je m'astreints dès que je peux à observer mes états d'âme pour essayer de ne pas plonger tête baissée dans leur discours biaisé.

Et le temps passe et balaie...
Et je dois dire que j'espère tout de même qu'il m'offrira rapidement une soirée canapé / Yogi Tea / Plaid / Série suivie de 8 heures de sommeil (minimum!).

Et puisque c'est l'objectif de ce blog (bien que j'aime m'en éloigner, parce qu'ici je fais ce que je veux, d'abord), 3 moments dans les dernières 24 heures:

  • Déjeuner avec une amie pas vue depuis trop longtemps...
  • Ecouter très très fort le CD des Shaka Ponk dans la voiture en repensant au concert de samedi
  • La douceur des filles (il faut bien le reconnaître, quand on les voir très peu, on n' a pas le temps de s'embrouiller).
Très bon week-end!


mardi 21 octobre 2014

Sublime quotidien...



La psychologie positive, ça marche du feu de Dieu! Les quelques mois de pratique aident mon esprit à observer le beau et le bon, et choisir trois moments par jour devient rude! Sur ces dernières 24 heures, je serai capable d'en écrire des tonnes.

Mais puisqu'il faut faire un choix...

- Canailles
Mon lundi fût bougon, je suis rentrée avec un agacement terrible. Celui dont on ne connaît pas la source. Celui qui fait que toutes les merdouilles nous sautent au visage: le bazar de la cabane des filles (dont se fiche depuis deux ans), le mari qui mâche son chewing-gum trop fort, les mauvaises herbes qu'on menace de passer au round up malgré une éthique bio...
Et là, mon homme oui le mien m'annonce que ce soir, pour nous 2, c'est restau. Oui pour nous deux, un lundi soir, baby-sitter et tout, et ce sans prévoir quoi que ce soit.
Evidemment ce fut bon,excès à gogo, vraie discussion et tout le tralala. Merci!

- Bonne nuit ma Grande
Demain elle fête ses 5 ans. J'ai aimé en la bordant lui raconter la nuit d'il y a cinq ans. Celle où je regardais "Silence ça pousse" en attendant que... Je lui ai dit tout l'amour ressenti quand il l'ont posée sur moi et la fierté que j'ai d'avoir aujourd'hui une petite fille aussi gentille. Je savoure cette période où son âge déborde d'affection. Et demain, fiesta avec les copains!

- A toute vitesse
Aujourd'hui, j'ai mangé en 10 minutes. A midi et ce soir (et croyez moi ce n'est pas du tout une habitude). J'ai décidé de ne pas vivre le planning serré comme un ennemi à subir en me concentrant sur tout ce qu'il m'apportait. Et quand à 19 heures je suis passé en 3 minutes à la maison récupérer ma tenue de danse, quand j'avalais mon sandwich dans la voiture, je pensais à la richesse de la journée. J'adore le mouvement, la route, voir des gens différents. Aujourd'hui, j'ai été servie!

(Et en photo mon nouvel ami, l'agenda Frankie 2015. Il est aussi bien que ce que je l'imaginais, voire mieux! Je le feuillète une dernière fois puis je le planque jusqu'à Noël! Mon premier achat de Noël est pour moi, hum, égoïsme is good!)

Belle semaine!

mardi 14 octobre 2014

N'oublie pas...


Quand je serai grande

Je vivrai dans une ferme sur le terrain juste à côté de l'école. Il y aura mille chevaux, et mon amoureux m'aidera beaucoup à ramasser leur crottes.
Je serai maîtresse aussi car j'adooore les enfants. Je serai une gentille maîtresse, qui ne dispute jamais.

Je serai tatoueuse aussi mais je ne sais pas trop car parfois je trouve que c'est un peu long de dessiner les vrais tatouages. Ou alors je ferai les mêmes que ceux offerts dans les petits filous.
J'aurai des enfants, et Papa et toi vous serez Papy et Mamie. Mais moi je t'appellerai Maman pas Mamie car je serai grande tu vois? 
Et ma ferme sera rose. je trouve qu'il n'y a jamais de maison rose... Ah si. Oh encore une! Et mais il y a au moins 1000 maisons roses sur cette route!

Et pendant que je t'écoute ma Grande, en roulant à 50 sur une longue route toute droite, je me dis qu'il est important de garder une trace. Quand la vie t'aura un peu changée, si toutefois, comme beaucoup d'autres, tu doutes, j'espère que pouvoir lire ces mots te ramènera à toi.

Parce qu'en avançant on s'éloigne tellement de nos rêves. Oser n'est pas facile, et je dois dire que parfois on ne sait même plus où est notre talent et ce que sont nos désirs.

Et si nous aussi prenions le temps de replonger dans nos premiers projets? Je ne sais pas si la vérité est là (sinon le monde serait quand même trop bien fourni en instit'), mais cela parfois pourrait nous recentrer sur ce qui est important pour nous.


jeudi 9 octobre 2014

Refuser la morosité



Il y a des jours où l'on prend en pleine face un climat lourd, des regards vides, des propos noirs...

J'échange là-dessus et on me envoie au contexte actuel, à la France, à "c'est comme ça et l'on n'y peut rien".

Et une fois encore, mon chemin m'amène à refuser ce climat, sans être dans le déni mais en étant persuadée que nous ne sommes pas voués à subir.

"Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses mais les représentations qu'ils en fabriquent." (Epitècte, Manuel, I, 5) (et oui maintenant que je suis à l'université je cite Epitècte).

Nous pouvons faire évoluer notre regard, et exercer notre conscience sur tout ce qui roule dans notre société. La réalité n'est pas, elle dépend de notre regard!
En plus de mettre du baume au coeur, l'effet miroir n'est jamais loin et nous voilà aussi susceptibles de créer du bon!

En clair:
- choisissons (et boycottons) les médias (ou mieux, éteignons la télé),
- fuyons les grincheux (ou réduisons notre temps auprès d'eux),
- observons chaque situation dans chacune de ses polarités! Non tout ne peut être noir...
- Prenons conscience de tout ce qui va, au quotidien (3 moments par jours au minimum)
- Prenons soin de nous
- Méditons! Et essayons d'apprivoiser notre esprit!
- Faisons un petit projet qui réchauffe : se caler une sortie à 2 régulièrement dans notre agenda par exemple...

La liste pourrait se poursuivre sans fin... Il y a tant de façon de regarder le monde autrement!

Et comme je suis là, je profite de mon clavier pour déposer mes 3 moments :

- Avoir trouvé mon repère parisien (photo). Je m'adapte avec bonheur à mon quartier, et je me régale en cours!
- Gâter mes filles avec des couettes que je trouve hideuses. En général, les achats pour mes filles me ravissent encore plus qu'elles. Mais pour le lit My Little Pony, j'ai dû prendre sur moi ++++ mais je me réjouis de leur plaisir à dormir tout près de Rainbow Dash (ils ont de ces noms les Pony...)
- Accueillir l'automne avec des collants tout chauds (même si en vrai il ne fait pas froid, mes jambes se parent de laine parce que c'est confortable!)

Quels sont vos beaux moments? Bonne journée!

lundi 29 septembre 2014

Gérer son temps... en voyant le positif!



Pour ne pas courir après le temps, il faut prendre conscience que l'on peut choisir ses priorités.

Septembre, roi des réunions, des reprises en tout genre et de l'horloge qui tourne vite ne vaincra pas... Si je dois tout mener de front, ce sera en gardant à l'esprit mes désirs et mes besoins.

Oui je peux travailler énormément. Oui je dois être à l'heure pour l'école. Oui je cours après les trains... (liste non exhaustive, bien évidemment).
Mais j'apprends en parallèle à lâcher prise...
Le secret est de suivre ses envies...et de savoir les apprécier! L'équilibre arrive de lui-même. On est bien plus efficace, bien moins frustré après avoir passé une vrai bon moment, avec des amis ou à regarder une série dans son canapé...
Depuis des années j'ai cherché à rentabiliser chaque instant, à être productive... Et j'ai subi un stress de dingue. Aujourd'hui, il me semble primordial de vivre ma vie avec un peu plus de joie car elle est à ma portée. Presque partout. Presque tout le temps.

Une fois encore la démarche "psychologie positive" et "méditation de pleine conscience" m'aide à garder le cap. Je regarde mes ruminations avec distance (quand je peux) et je m'ancre dans le présent.

Et le présent, c'est....
  • être avec mes filles et rigoler (au lieu de plier du linge)
  • dîner avec des amis un peu trop tard ( et accepter l'écart en reprenant un dernier verre, tempis pour le dimanche matin)
  • respirer bien fort l'odeur des draps tout propres ( au lieu de pester après cette housse de couette impossible à installer)
  • Se lancer dans un poulet rôti, de la pâte à pizza, un gâteau marbré, un risotto de boulgour pour 12... parce que j'ai envie. Tout congeler et apprécier les jours où il est trop tard pour cuisiner.
  • Regarder Paris; les Halles, Bastille, République...défiler devant mes yeux au lieu de râler après le bus si long et si bondé. Et après la distance qui m'éloigne des miens.
  • Me faire plaisir au resto en choisissant tout ce que j'aime les soirs où je mange seule (au lieu de rester dans ma chambre d'hôtel devant la télé)
  • Sourire le plus possible
  • Regarder passer mes doutes professionnels. L'année est pleine de défis, mais je ne dois pas être paralysée. Une fois encore j'essaie de prendre du recul et de ne pas vouloir que tout fonctionne à tout prix. Cela m'aide à travailler sans stress.
  • Etre gâtée par tout ce que j'apprends à la fac. Quel pied de découvrir chaque jour! D'avoir tous ces bouquins qui m'attendent! De me dire que dans un an je me serai approprier ces concepts et cette culture ( alors que je pourrai me miner le moral devant l'immensité de la tâche à accomplir, le rythme de dingue, ma capacité à mémoriser toutes ces nouveautés, le stress du mémoire et des examens).
  • Ecrire sur ce blog malgré mon manque de régularité...Voir cet espace comme une page qui m'accueille mais qui surtout ne doit pas me mettre la pression!
J'arrête ici cette liste mais je pourrai la continuer pendant des heures. Cet exercice fait toujours autant de bien! 

Nous ne sommes pas des pantins condamnées à subir un quotidien "stressant". Il est de notre devoir de modifier notre système de pensée pour aborder notre quotidien avec bonheur. Certains le font naturellement, d'autres (comme moi) ont besoin de s'entraîner pour y arriver.

Bon entraînement, et belle semaine à vous!


jeudi 11 septembre 2014

5 minutes et 3 bonheurs

Il est 7h51 et dans 4 minutes je dois lâcher ce clavier pour habiller / laver / coiffer : chaussuriser les petites.

Ha, voilà la Mickey Danse... Signal de départ.

Alors 3 bonheurs pour ne pas abandonner ce blog ...



- Avoir fini l'envoi de mes 2000 catalogues (en découvrant des encore des fautes malgré mon million de relectures)

- Retrouver la danse et les courbatures

- Les matins calmes avec les filles... grâce à un peu de discipline et un gros travail sur mes râleries matinales. Le pied. Il est 8h15, je peux prendre le temps pendant qu'elles jouent dans leurs chambres.

D'ailleurs, go! Chaussures, gilets, sacs! C'est vendredi, ce soir on se détendra en famille autour d enotre apéro rituel!  Bonne journée!

jeudi 4 septembre 2014

Futilités de Rentrée

Ma Grande court si vite à l'école que je n'ai même pas le temps de lui dire au revoir avant qu'elle ne s'engouffre dans sa classe (et chez les grands, on n'accompagne pas au vestiaire).

La petite verse ses larmes, se planque dans mon cou. Elle nous raconte le soir les grands qui la poussent, la maîtresse qui dispute...Argh si c'était la première je serai effondrée. Mais on s'endurcit avec l'expérience...
On a quand même fait off aujourd'hui, pour sa plus grande joie...et les oreilles de la maîtresse.

Et moi je m'accroche pour ne pas sombrer dans le stress...du boulot, de Paris qui arrive, du quotidien entre les rendez-vous médicaux, des blouses et des baskets à acheter, des cadeaux, des bobos, de l'heure qui tourne, du réveil qui sonne déjà trop tôt...

Alors comme bulle d'oxygène, je rédige un billet fourre-tout, liste des plaisirs... Plaisirs parfois (souvent) conditionnés par la consommation, mais plaisirs quand même!

- la vie parisienne

Dans 15 jours, je débute ma formation à Paris. Les cours ont lieu dans un quartier très central, et j'ai trouvé tout prêt un hôtel parfait (Hôtel du temps)... On y mange bien paraît-il, et la déco est à tomber.
Sur Instagram, les photos du lieu le rendent du genre hyper hyper branché, grouillant de rockstars et de gens de la mode,la mode, la mode... Contraste hyper vif avec mon quotidien, je ne sais pas si je m'adapterai! En tout cas, l'expérience sera sympa à vivre!

- Le Bureau de ma grande...


Elle est persuadée de ne plus être en maternelle et d'avoir besoin d'un bureau. De mon côté, j'aime changer la déco... alors banco!

-Les achats obligatoires (ou presque)...


...du genre il me faut (parce que je n'ai rien d'autre) des nouvelles baskets, une veste, une lampe pour le bureau de Louise, des livres pour le train, une nouvelle coupe de cheveux, une blouse et un gobelet pour l'école...

- Les filles qui dorment tôt
Le coucher est un peu chaotique mais une fois chacune dans sa chambre on mange tranquilles-peinards...

Et voilà, des futilités...


lundi 1 septembre 2014

Du réconfort....{Ressources}



Semaine de rentrée...

Si le début d'une nouvelle année est plein de promesses, il peut aussi nous bousculer... et on donnerait cher pour retrouver notre première soirée des vacances (celle où on a zéro fatigue, zéro stress, 3 mojitos dans le nez et de l'amour pour son prochain).

Alors quand le blues du dimanche soir pointe son nez, quand l'angoisse envahit le ventre, quand le stress nous comprime le souffle, quand les idées noires prennent trop de place, nous avons besoin de puiser du réconfort.

Un outil tout simple, gratuit et accessible peut vous donner cette douceur en cas de besoin.
Il suffit de prendre un stylo et une feuille (ou un joli carnet, ça ne gâchera rien).

Donnez vous 5 minutes chrono en main. Notez tout ce qui vous fait du bien, et ne levez pas le stylo avant la fin du temps imparti. ne jugez pas ce que vous écrivez (si regarder" l'Amour est dans le pré" est un bon moment, assumez!).

Quand le spleen squatte votre esprit, relisez cette liste. Sa simple lecture doit déjà vous donner du baume au coeur. Et pour aller plus loin, passez à l'action en réalisant un point noté (prendre un bain, jardiner...).

Petit conseil, si l'astuce vous tente, faites le tout de suite! Ou après l'Amour est dans le pré! J'espère que cet outil vous accompagnera dans une belle année! Bonne rentrée à tous!

{Ah et oui après les vaches les ânes... Souvenir de notre été 30 millions d'amis!}

mercredi 27 août 2014

Déjeuner en paix, Chifoumi & Money Money Money

vaches; psychologie positive; jeu enfant; zen

3 moments

  • Déjeuner en paix

L'avantage, lorsqu'on est la seule de la famille à se lever à l'aube et à bosser toute la journée, c'est que les matins ont un goût d'exception... La maison endormie me laisse le loisir de prendre mon petit déjeuner sans interruption "Encore une tartine", "Du jus de raisin!", "Ma soeur m'embête" ou évidemment "Tu peux m'essuyer?"...
Je savoure ma confiture de mirabelle en lisant que du beau ( je censure les informations matinales, trop déprimantes, pour m'atteler à la lecture de Milk, de blogs légers ou de livres positifs...), dans le silence (soit sans la BO du Roi Lion 3 qui a rythmée tout notre été). Je me demande même si la semaine prochaine je ne me lèverai pas une heure plus tôt pour pouvoir vivre quotidiennement ce moment.

  • Chifoumi
Ma grande s'ennuie. Elle ne sait pas quoi faire. Tous ses jouets ne la comblent pas. Toutes mes propositions lui apparaissent désuètes. Alors je pense à tous ces jeux qui se jouent partout et avec rien.
On a joué à cacher un objet et à se dire "Tu chauffes", "C'est froid."... 
J'ai deviné son mime de la Tour Eiffel alors qu'elle était toute droite et immobile, elle a reconnu le vol plus ou moins gracieux d'un oiseau quand j'ai battu des bras.
Je l'ai laissé gagner au morpion un paquet de fois.
Et en jouant à Pierre-Feuille-Ciseau, j'ai découvert ses règles à elle. Déjà, il faut dire "1,2,3 paire de ciseaux" à la place d'"1,2,3 Pierre Feuille Ciseau". Ensuite, point de puit ou de pierre, remplacés par un piège et un marteau. Et bien sûr, le marteau casse tout, que tu sois feuille, ciseau ou piège. Je lui parle vaguement de but du jeu... "Mais en fait tu vois il n'y a pas de but. On fait les feuilles, les ciseaux et tout, et hop, le marteau il vient, et il casse et on recommence". Ah ben oui.

  • 3 francs six sous
Après des mois de recherches sur la bonne façon et les bons outils pour gérer notre argent, je crois être pour la première fois de ma vie à jour. Les budgets préparés me parlent, les outils dénichés sur internet sont simples, et enfin le flou s'est envolé.
Billet à venir sur toutes les astuces (simplissimes) qui m'ont aidée à y voir plus clair!

J'espère que vous êtes en forme, et que vous pensez bien à vos beaux moments chaque jour!

(En photo ce jour les jolies vaches qui sont au village...Aucun lien fils unique)

dimanche 24 août 2014

Let's go!



De retour après la trêve estivale! Pour moi, vacances riment avec déconnexion...

En vrac, j'ai aimé pendant ces quelques semaines...

  • Me réveiller à mon rythme...(merci mes filles d'être douées pour la grasse mat'), ce qui réduit considérablement les marques sur mon visage au matin...
  • M'attabler avec les amis
  • Nous offrir en trois semaines plus de restaurants qu'en une année
  • Apprivoiser ma peur des animaux en m'exerçant à mener un âne
  • Mieux connaître ma région... et me régaler de ses beautés
  • Faire plaisir aux filles...et profiter d'elles sans être pressée
  • Les soirées Fort Boyard avec notre descendance à donf... "Sors, sors!", autour d'un dîner sur la table basse qui traîne jusqu'au générique de fin...
  • Faire le vide dans la maison
  • Courir
  • Lire enfin...tout un livre si je le veux
  • Cuisiner sans regarder l'heure, faire le marché
  • Le décalage d'horaire, nos déjeuners à 15 heures, les longues soirées...
  • Ma toute petite qui quitte ses couches
  • L'impatience des filles depuis ce jour de retrouver l'école
  • La réflexion de ma Grande quand je lui confiais l'urgence à profiter des vacances, parce qu'après le quotidien serait moins charmant... "Quand je suis en vacances, je suis contente. quand je suis à l'école, je suis contente. Quand je suis chez Nounou, je suis contente. Quand je suis avec mes parents, je suis contente." La sagesse... Vivre le moment présent.
  • Faire des trucs complètement inutiles comme regarder les Pow Wow sur Youtube avec les filles.
  • Ecouter les filles chanter dans la voiture.
  • Avoir pris du temps à 2.
  • Avoir réussi à lâcher prise et à oublier le travail, les obligations...pour mieux les accueillir maintenant.
  • Peindre très mal un mur, mais être contente de voir une nouvelle couleur.
  • Préparer tout doucement le 29 août 2015
  • Avoir eu des tomates et de la salade à disposition dans le potager
  • Les siestes...
Je stoppe ici ma liste, je crois qu'elle peut être infinie...
Le chemin débuté sur ce blog a rendu mes vacances meilleures que les précédentes. L'exercice des trois moments, la méditation de pleine conscience ont formé mon esprit à être ouvert à ce que m'apporte l'instant présent, sans trop me torturer pour l'avenir ou le passé...

J'espère que les vacances sont ou ont été aussi bienfaisantes pour vous.

J'ai des tas de ressources à partager ici pour cette nouvelle année!
Nous nous intéresserons à la gestion du temps, du budget, au stress, à la confiance en soi, à nos émotions....

Très belle fin de week-end, et n'hésitez pas à partager vos outils, vos trucs.. pour être un peu plus zen! 

lundi 28 juillet 2014

UTOPIE



Mes 3 jolis moments par jour ont été submergés par la grâce de quatre journées...

Alors si je déclinais chaque instant, je passerai des heures à écrire.
Mais il n'empêche qu'il faut que je dise tout le talent, toute la fraternité, toute l'amitié, toute la liberté, toutes les couleurs et toutes les musiques, toute la fête, toute la créativité, tout le nouveau regard,  tout le sens que j'y trouve.

Chalon dans la Rue est une parenthèse qui m'offre la ville idéale, celle qui existe simplement parce qu'elle est éphémère. Cette ville ouverte, qui bouscule avec délicatesse le quotidien qui parfois ne me correspond pas vraiment.

Un peu d'utopie quatre jours par an.

 

dimanche 20 juillet 2014

G.R.I.S


Heureusement que le temps se gâte pour se poser un peu...
La terre mouillée me permet d'arracher les mauvaises herbes.

Je cours sans être assommée par la chaleur.
Les filles ont ressorti les puzzles et regardent Mary Poppin's.
Dans quelques jours la vie reprendra à toute vitesse. Chalon dans la Rue est un temps fort, où l'abondance est reine. Notre vie provinciale sera remplie de spectacles, de fêtes, de gens, de bruits.
Le rythme sera différent.
Alors en attendant ce joyeux bazar, je prends ce gris comme un cadeau.

jeudi 17 juillet 2014

Caliente




La chaleur de juillet m'offre mes 3 moments...
  • Ces 2 mois là
    Ce que je préfère, c'est déposer les filles chez leur nounou et de deviner à 9 heures le matin que la journée sera bouillante. Je les vois s'éloigner de moi en courant, toutes impatientes de retrouver leurs copines et la piscine. Tous les enfants présents là-bas me rappellent mes grandes vacances, celles où j'avais 9 ans et où on enfilait juste un maillot de bain pendant des jours. Ils traînent au petit déjeuner, avant d'attaquer une journée entre piscine, repas à l'ombre, vélo, dessin, sandwich au nutella...Je suis impatiente de prendre ce rythme là avec les filles dans quelques semaines. En attendant, démarrer chaque journée dans cette ambiance me met déjà (un peu) en vacances...
  • Fruits d'été
    Les joues de ma petite dégoulinent de jus sucré de pastèque, ma Grande engloutit tout les dés de melon à l'apéro... De mon côté, je surkiffe quitter la table avant le dessert pour manger ma pêche dans l'herbe en regardant le soleil se coucher...
  • Les pieds dans mes Birk
    Bien que vivant dans un bled où on ne croise pas grand monde et travaillant dans un bâtiment qui en ce moment n'héberge pas plus de 3 personnes, j'ai toujours eu le souci de mon look au boulot, au point de chausser talons inconfortables la majeure partie du temps. Ce matin j'ai enfilé mes vieilles Birkenstock, celles où la bride est cassée sur la chaussure droite, et je dois dire que mes pieds sont bien contents. Alors tant pis si je croise Cristina Cordula, adieu look, bonjour confort, à la rentrée je reprends les bonnes (?) habitudes vestimentaires! 

mardi 15 juillet 2014

Trouver le temps : 7 points clés pour mieux gérer son temps



Il y des tas de choses qu'il faut que je fasse. La routine quotidienne m'impose de préparer les filles, les éduquer, cuisiner, faire les courses, ranger, dormir, entretenir le jardin... Et cela me prend un temps fou. Presque tout mon temps.

Et puis il y des tas de choses que j'aime ou que j'aimerai faire... Voir des amis, méditer, courir, danser, trier les photos, écrire sur le blog, lire encore plus, faire de la musique, sortir...et ne rien faire. Me laisser vivre.
J'y parviens de temps à autre.

Alors comment concilier toutes ces activités? Comment m'éviter du stress ou de la frustration à ne pas tenir mes engagements...? Combien de fois culpabilise-t-on à cause de cette montagne d'envies et d'obligations?

J'ai lu dans le TGV que nous ressentions du stress parce qu'on essaie de faire tenir 1.5 litres dans une bouteille d'1 litre. J'y repense souvent.
J'entends aussi souvent qu'il faut savoir lister ses priorités. Mais sommes nous suffisamment objectifs?

J'ai tenté ici de dresser une liste "Gestion du Temps"...afin de disposer de quelques outils et rappels, qui je l'espère, me serviront de repère ou peut-être pourront inspirer certains d'entre vous...


  1. Acter en pleine conscience.
    En d'autres termes, être toute à sa tâche, ne pas faire 10 000 choses à la fois. Ainsi, quand je démarre une activité, je dois m'efforcer de la faire de mon mieux, en ayant l'esprit concentré. Cela est bénéfique même pour les petits gestes du quotidien (se laver les dents, nettoyer la cuisine, marcher...). Réaliser ses activités de la sorte évite à l'esprit de s'éparpiller, on se sent donc moins submergée.
  2. Terminer ce qu'on a commencéEt c'est là-dessus que je dois progresser. Mon caractère hyper actif et impatient me mène parfois à démarrer tant de choses sans les clore. Pourtant, c'est une clé pour réguler le flux de choses à faire.
  3. Ecouter ses envies et IMPROVISER
    Tout est plus léger quand on fait les choses au bon moment. Ainsi, si j'ai envie de cuisiner, j'en fais plus que nécessaire, et je congèle pour les soirs sans motivation culinaire. Si mon corps réclame du repos, je m'affale sans culpabilité, en intégrant que c'est indispensable de repousser le reste pour être en forme et donc plus performante. Si la soirée est belle et que je me sens en forme, j'appelle des amis pour partager un moment. Si j'ai envie de ranger malgré l'heure tardive, je m'y mets. Bref, je m'écoute et tout devient facile.
  4. Lister ses priorités?
    Point aussi simple à comprendre que difficile à mettre en place... Car les niveaux de priorités sont importants et aussi mouvants. Nous savons tous que le must est d'être en forme avec ceux qu'on aime. Que le matériel n'est rien, le travail pas si grave.. Mais parfois on se laisse duper. Il est utile de se rappeler, dès que la pression monte, que notre santé et la relation avec les autres sont la base. C'est pour cela qu'on essaie de ne pas monter dans les tours quand les enfants ne se pressent pas le matin: on préférera privilégier la relation. A chaque fois que le conflit (même interne) pointe pour une raison matérielle (travail, courses, ménage...), on essaie de prioriser l'important. Alors oui, la liste de mes priorités se résume à deux points: être en forme et sympa avec mes proches (et ce n'est pas une pile de linge qui va mettre à mal ce projet).
  5. Et les priorités des priorités?
    Le précédent paragraphe est vrai mais ne résout pas tout du tout. Car la vie nous amène son lot de tâches plus ou moins agréables, formant une liste qui s'allonge encore et encore... Alors quand ma liste quotidienne de tâches tend à s'étendre trop, je m'efforce de choisir deux à trois points à réaliser. Si j'ai le temps et l'envie de m'attaquer au reste, tant mieux, sinon ce ne sera pas la mort du cheval.
  6. Penser son organisation
    Plus j'avance dans la vie, plus c'est simple... Parce que de temps en temps, je regarde mon quotidien avec un peu de recul, et je change ma façon de faire. Petit à petit, les habitudes se créent, l'environnement s'adapte... Comme j'en parlais dans  mon dernier article, ce site là me motive.
  7. S'affranchir du regard des autres
    C'est malheureusement trop souvent un facteur de stress... Comment vont-ils trouver ma maison? Mes enfants? Mon comportement? Quel image je renvoie...quelqu'un de paresseux?pas fiable?.... Bien sûr, je ne me dis pas ça consciemment en permanence. Mais il est probable que la pression qu'on se met tout seul résulte un peu de tous les regards... qu'on interprète bien souvent à tort! Et là, on part sur un autre point, celui de la confiance en soi. Je m'y intéresserai bientôt, mes lectures en cours m'en apprennent sur ce sujet. Mais pour revenir à notre gestion du temps, quand la montagne de choses à faire pointe son nez:, je me disais juste qu'il peut être intéressant de se poser les questions  "est-ce si important? Pour qui? Et moi? Qu'est ce que j'en pense?" 

Et bien voilà, je voulais écrire pourquoi il m'est difficile de trouver le temps d'écrire ici chaque soir, et me voilà partie sur la gestion du temps... ha ha que de surprises ce blog! Bonne soirée, et si un principe guide votre gestion du temps, partagez!! 

mercredi 9 juillet 2014

La maison / Les enfants



3 moments

  • 2 ans
    Elle discute beaucoup, alors toute la spontanéité de son âge nous est transparente! Cette petite personne a su aujourd'hui me transmettre tout son enthousiasme, qui illumine nos journées chargées de pluie!
  • Nouvelle atmosphère
    Je ne sais pas si c'est la pluie ou mon sydrôme pré-mentruel mais j'abats en ce moment un travail impressionnant d'optimisation de la maison. Après le boulot ou en repos, je tri, je jette, je donne, je retrouve, je lave.... En attendant ma prochaine phase de glandouillite aiguë, je mets à profit mon énergie. Et j'entretiens mes objectifs avec ce blog qui fait croire qu'on peut avoir une vie domestique parfaite... Bree est en moi, et j'apprécie d'autant plus que je sais que ça ne durera pas!
  • Blanquette
    Et oui, ce midi a vu naître une blanquette qui déchire. Merci la pluie j'ai pu passer ma viande congelée, merci Thermomix d'avoir presque tout fait. La recette était parfaite, les filles ont léché leur assiette. Et on a beau savoir que ce n'est pas un drame quand les enfants ne mangent rien, quand les repas sont avalés dans leur intégralité, on peut croire être une bonne mère... 
Bonne soirée...

mardi 8 juillet 2014

{Ressource} 2 minutes par jour pour se muscler et rééquilibrer son énergie



Je suis tombée au fil de mes lectures sur un article sur l'Entraînement Dynamique Personnel (qui se nomme aujourd'hui le ZEN KI DO).

Il s'agit d'une technique créée par Claude BOIOCCHI, qui nous propose de bouger en étant à notre écoute, dans le respect de ce que l'on ressent... Le ZEN KI DO est une approche holistique, qui nous apprend à nous recentrer.

Une pratique approfondie doit évidemment permettre de ressentir des bénéfices très intéressants...mais avec la montagne d'activités qui rythme ma vie aujourd'hui, je ne peux pas actuellement m'investir dans cette discipline.
Qu'importe, mon initiation se fera en 2 minutes par jour. Il n'y a rien à perdre à essayer de la sorte.

Je débute donc pour 3 semaines l'exercice quotidien de "la vitre":

" Pieds parallèles, les talons légèrement vers l’extérieur, jambes fléchies, imaginez que vous placez vos mains, au niveau de votre poitrine, de chaque côté d’une fenêtre (sur la face intérieure, sur la face extérieure).
- Montez vos bras à hauteur du front dans un mouvement de rotation vers le haut, comme si vous essuyiez la vitre.
- Contrôlez la force des appuis en maintenant une juste pression sur cette vitre imaginaire.
- Travaillez sur un rythme lent, puis spontané, puis plus rapide.
Ses bienfaits : cet exercice, qui muscle harmonieusement les bras, fait également travailler tout l’axe du corps. Avec la pratique survient un effet turbo : le plexus solaire se gorge d’énergie et l’on se dynamise."

Ces deux minutes passent vite, mes bras travaillent et l'exercice me relaxe....Double bénéfice!
Et peut être que si je faisais vraiment mes vitres, en plus j'aurai des baies vitrées nickelles... Ha ha... Sérieusement, ce type d'exercice me semble aussi simple qu'efficace, voilà pourquoi je le partage dans la catégorie "Ressources" de ce blog.
Je reviendrai faire le bilan après 3 semaines de pratique quotidienne.

----------------------


Et 3 moments au passage, car je vais profiter du retour de la connexion internet...
  • Décalage Horaire
    L'heure de l'école qui régulait nos matins a mis les voiles... Et se lever après 7 heures est un grand changement! Oui je bosse, oui les filles sont gardées, mais hors rendez-vous j'adapte mes horaires et c'est un luxe que je sais savourer!

  • Mamix
    J'ai découvert cette marque pendant les soldes, et enfin j'ai trouvé le sac à main de mes rêves. De très bonne qualité et belles finitions, taille parfaite, léger, double porté... Quoi, c'est matérialiste de trouver son bonheur dans un sac à main? Et bien soit! A chaque fois que je le prends, que je l'ouvre, je suis ravie (par jour, combien de fois utilisons-nous notre sac à main?). En dénichant l'objet qui correspond à mes besoins et à mes goûts, je facilite mon quotidien, je le sublime... Quoi, c'est un message marketing la sublimation du quotidien et tout et tout? Oh et puis zut. Je suis contente car j'ai acheté un sac qui me plait, avec 50 % de réduction en plus (sinon jamais il ne serait à mon épaule), et si cela contribue à me détendre, et bien tant mieux!
  • It's raining again...an I love it! J'en profite pour me mettre à jour à la maison, car avec le soleil mes pieds délaissent le parquet au profit de la pelouse! Et quand la chaleur fera son retour, on saura lui retrouver ses bienfaits sans la lassitude que ces mois soleil pouvaient apporter. A nouveau on vivra autrement. En fait, ce que j'aime, je crois que c'est le changement.
Je vous espère en forme, bonne soirée! 

dimanche 6 juillet 2014

Les aléas du direct

Internet merdouille chez nous. Difficile d'écrire tout un article sans que ça coupe...

Je pense qu'on a un super virus depuis plusieurs jours.

Alors la pause est subie, et mes 3 moments différés sur papier.

Mais le blog reprendra son activité...

En attendant ici le pain cuit dans le four, les fillles se couchent plus tard car enfin les grandes vacances sont là...
J'espère que la soirée est belle pour vous aussi.

Ah, je songe à privatiser le blog aussi. Alors si vous avez l'habitude de lire sur cet espace, n'hésitez pas à m'envoyer votre mail pour conserver l'accès.

Belle soirée et bon début de semaine!

dimanche 29 juin 2014

Chine, Concombre et Abricot



3 moments spécial gamines... 
Week-end cool où on a pu profiter d'elles, et ce soir j'ai envie de noter leurs petits mots et gestes d'enfant...
  • Celle qui dirigeait la Chine
    En début de semaine, j'ai, en surfant sur ma vague Feng Shui, consulté les profils de ma famille selon l'astrologie chinoise. J'en fais part à mon Cher et Tendre au cours d'un repas partagé avec les filles. Je lui raconte que notre Grande serait dotée d'une personnalité de Chef, qu'elle aurait besoin de diriger. Quelques jours plus trad, elle nous raconte sa journée, en précisant "J'ai dit à Sonia qu'elle n'était plus la commandante, que j'étais la Chef chez les Chinois". Je n'ai pas fait le lien sur le coup...ha ha.
  • Je te Z'aime à l'abricot
    Je demandais un câlin à ma petite, en fin de dîner...Elle était bien empruntée, son fruit d'été à peine croqué. Alors elle a couru dans mes bras en expliquant que ce serait un câlin  à l'abricot. Avec son premier "Je te Z'aime".
  • Concombre
    En fin de journée, j'ai testé le truc vieux comme le monde des rondelles de concombre sur les yeux. Qui sait, mes cernes vont peut être se barrer, c'est d'ailleurs étonnant que des tas de personnes achètent des contours des yeux à 10000 alors que 2 rondelles de concombre font le job... Bref, je tente et m'allonge 10 minutes, temps nécessaire pour que la magie opère. C'est là que sans prévenir, la Petite arrive et croque une rondelle. La Grande me pique l'autre et se la plaque sur les yeux. Bilan: les cernes sont toujours là, la détente a duré 1 minute, mais on a bien ri.

vendredi 27 juin 2014

Hello


Décidément, ce mois est chargé et je ne trouve pas toujours le temps d'écrire... Ce qui est bien dommage, car les bénéfices de l'exercice me soutiendraient en cette période où le stress pourrait s'imposer.

En tout cas, ces derniers jours, j'ai aimé...


  • FAME
    Ma petite représentation de danse  eu lieu ce mercredi, devant un public riquiqui. A la joie de faire découvrir à ma grande ce que je fais le mercredi, s'est ajoutée l'apéro qui suivait. Les fins d'année de la danse, de l'école ou de poney se suivent et se ressemblent, autour de gougères et du soleil couchant. C'est l'atmosphère dont j'aime me souvenir en hiver, quand ce temps béni parait si lointain.
  • ENTHOUSIASME
    Mon métier de formatrice me comble pour une raison particulière. Le caractère bref des formations apporte une dimension extrêmement positive aux échanges que je peux avoir avec les participants. Le regard nouveau et extérieur que je peux apporter est bien accueilli, les personnes sont remotivées. Je suis tout à fait consciente que l'effet ne dure pas éternellement, mais laisse une empreinte plus ou moins profonde. Hier je formais des travailleurs dans un ESAT, et l'enthousiasme était partout. Il y avait des rires francs. Une implication réelle. Un enjeu habité. J'ai retrouvé avec plaisir un peu d'ambiance de mon ancien métier.
  • LES VAMPS
    Chaleur intenable sur la terrasse habituelle, celle située derrière la maison, qui donne sur le pré et le bosquet. J'installe donc mes filles pour le dîner à l'autre pôle, autour de la table ombragée avec vue sur la chaussée. Et elle m'ont fait rire! Côte à côte, bouche saucé tomatée, elles bavassaient au sujet des allers et venues des gamins du quartier, rires en cascades et paroles taquines.

jeudi 19 juin 2014

The place to be


3 moments ou réflexions positives puisées dans ces dernières 24 heures...

  •  Le repos du guerrier
    Juin, juin, juin... ou la surcharge de mon agenda. Ce soir j'ai fini plus tôt que prévu. Je suis rentrée juste à temps pour coucher mes filles (très sages ce soir) et me vautrer sur le canapé. Je n'arrive pas à en bouger, malgré mon esprit en mouvement qui rêve de terrasses, de ballades, de copains. Mais là mon corps dit stop. Alors j'accueille le moment et je procrastine, mon cher et tendre gère et moi je glande heureuse!
  • Le bonheur n'est pas au bout du chemin, il est le chemin.
    Phrase lue ici par hasard au fil de liens facebook à la noix qui fait écho à ce blog, à se remémorer régulièrement!
  • Concentration
    Quand il y a un enjeu (spectacle, examen, prise de parole importante en public) et que les délais sont courts, je me découvre capable. Moi qui habituellement me disperse et me dévalorise, je trouve une capacité de concentration qui évidemment améliore mes performances. A la toute fin de ma vingtaine je commence à me connaître, et je me dis que c'est important. Ainsi je stresse moins en amont, je prends confiance en moi car je sais quel est mon fonctionnement. Ces derniers jours l'activité est intense et me bouscule pour que je me donne plus. Et c'est grisant d'agir!

mardi 17 juin 2014

Allumons la bonne lumière!



Effectivement, nous rencontrons des problèmes. Evidemment, ils nous affectent de manière plus ou moins importantes. Et bien souvent, ils nous limitent dans notre capacité à vivre notre vie de la façon dont on le souhaite : avec légèreté et un maximum de bonheur.

Depuis que j'ai débuté ce chemin, je m'efforce de regarder mes problèmes avec un nouveau regard.
Je ne les nie pas, je les identifie pour me concentrer sur les solutions. Et je regarde "large" autour, je ne les laisse pas prendre toute la place.

Ce n'est pas facile. Le quotidien, les autres peuvent me décourager.
Mais chaque jour réussi en ce sens apporte tellement que changer de mode de fonctionnement ne me dit plus rien. Il faut muscler notre capacité à être plus positif!

Si vous souhaitez vous y mettre, pensez lorsque vous rencontrez une difficulté à allumer le bon interrupteur.
Le premier (et c'est le plus facile à trouver), déclenche une ampoule puissante qui focalise sur le problème en laissant le reste dans l'obscurité. L'activer nous fait ruminer, amplifie notre souci, lui donne beaucoup d'importance.
L'autre interrupteur allume une lumière plus douce qui éclaire tout autour. Elle donne à notre problème une place plus juste. On retrouve notre souci coincé entre tous les bons moments vécus et à venir, toutes nos compétences à trouver une solution, à relativiser.

La seule façon de trouver le bon interrupteur du premier coup est de s'exercer chaque jour à modifier notre comportement. Ce n'est pas simple. Là encore la méditation peut être aidante. Et plus simplement, se concentrer chaque soir sur 3 moments appréciés dans la journée...

Dans ces dernières 24 heures, j'ai apprécié:
  • "Chauffeur, si t'es champion..."
    Ma Grande dormait si bien ce matin que ni mes mots habituels ni mes caresses n'ont su la réveiller. Jusqu'à cette phrase magique : "Aujourd'hui c'est la sortie scolaire, tu vas prendre le bus pour aller au zoo". Au mot "bus", elle était droite comme un piquet sur son lit, la langue bien pendue à vérifier ce que contiendrait son pique-nique et si elle pouvait prendre sa (moche) gourde princesse. 10 minutes avant l'heure, elle était prête à partir, caquette sur la tête et polaire sur le dos (soit avec tous les vêtements qu'elle ne met jamais car la demoiselle est tendance robe de princesse et parce que sa mère vit par procuration une vie de modeuse en lui achetant des fringues pas toujours très sportifs). Joie de la voir partir pour cette journée dont elle se souviendra longtemps, joie de repenser aux bons moments de ces sorties scolaires si fortes en émotions.
  • "Une petite fleur dans un vase de leurre"
    ou "Maëllou bébé chou dans ce monde flou". Ce livre offert par mon frère me ravit par son originalité et sa justesse. Je le débute juste mais j'avais envie d'en parler, pour faire un peu de pub auprès de mes milliers de lecteurs (coucou!).  Le site est, je le découvre en ce moment...Talent! (il sera à Chalon dans la Rue)
  • Préparer ma rentrée
    Je vous bassine avec l'instant présent et je me réjouis de retrouver la fac en septembre? C'est un peu ça. De mon présent, j'apprécie de préparer mes papiers, de regarder déjà les sacs et les valises, de me dire que certains soirs à Paris je pourrai aller voir une expo ou un sepctacle...De rêvasser, de me réjouir d'avoir des profs qui sont déjà avec leur livres des modèles pour moi... C'est bon aussi de se laisser aller à l'optimisme sur l'avenir!
Have a nice day...

dimanche 15 juin 2014

HB



Journée d'anniversaire(s), de fête des pères, de dimanche au restaurant et de cadeaux..

Et ces derniers jours, j'ai apprécié aussi...
  • Les Franco Gourmandes.
    Une première pour moi. Nous sommes partis sans enfant et sans donner rendez-vous à des amis. Juste le plaisir de vivre un moment à 2. Bien sûr, avec très grand plaisir on a croisé du monde, et partagé un bout de concert ou un verre. Mais ce soir là rien n'était prévu, et au coeur des bonnes vibrations du lieu, en ressentant l'énergie pure du public et des groupes sur scène ce soir là, on a vécu le moment sans contrainte, sans horaire, sans avoir froid, avec des merveilles à manger et des sourires tout autour. Je veux m'en souvenir alors je pose ce moment là.
  • Retrouver mon collier ou les joies du rangement
    Ah oui c'est peut être léger mais après des mois de recherches infructueuses, le sort m'a récompensée ce soir de ma bonne action : faire le tri du placard de la salle de bain. Un bail aussi que je pensais m'y coller. Et j'ai bien fait. J'avais 9 paquets de cotons (ceux qu'à chaque course je rachète de peur d'en manquer), et au milieu d'une boîte, mon collier, celui choisi par mon cher et tendre et qui me plait aussi (ce qui n'est pas toujours franchement le cas). Celui qui ne se démode pas, qui est original, qui a des paillettes et des étoiles (si si). Il se trouve que j'aime ranger... (fucking syndrôme prémenstruel): j'en rêve la nuit, je me programme des après-midi rangement dès que j'ai un peu de repos, et puis en réalité je ne m'y mets jamais. Il y a souvent mieux à faire. Mais une fois lancée, c'est une activité qui me détend. Jeter, donner, y voir clair. Retrouver des trésors et se faciliter un nouveau quotidien. Si mon cher et tendre me lit, j'espère te convaincre!! 
  • Et mon anniversaire, tout de même!
    Fêté hier soir tous les 4, car pour une fois je voulais l'avoir un peu pour moi toute seule. Et oui, le 15, il y a en plus de mien celui de ma maman, de mon frère, d'Adri, de Johnny, et cette année la fête pour mon papa et pour mon homme. La fête à tout le monde. Alors égoïstement j'ai convié mes trois colocs à un apéro champagne la veille, les filles m'ont gavée de bisous de je t'aime. J'ai pris tout ce qui avait pour moi, les cadeaux, les mots gentils... 
Le défi J'arrête de Râler est en stand-by... plus de 21 jours sont passés, j'ai progressé mais je n'ai pas changé de nature!! Je m'y remettrai, en attendant nous aborderons ici d'autres sujets, toujours dans l'optique de développer ses capacités à être mieux, en modifiant un tout petit peu son comportement. 

Belle semaine!! 

mercredi 11 juin 2014

Confiture, bobo et dodo...

Plus les journées sont chaudes, moins je trouve le temps de prendre l'ordinateur...
Juin hyperactif...

Défi J'arrête de Râler

Et bien voilà, je râle. Ca va mieux, tout ce qui a été mis en place depuis maintenant 20 jours a tout de même eu un effet très positif. Mais le naturel revient au galop... je bougonne devant le bazar matinal, mais je ne me laisse pas emporter. En fait, je pense être toujours au stade de la prise de conscience.

3 moments

Cet exercice est vraiment excellent pour le moral! Même si ma soirée est maussade ou tendue, m'astreindre à ce temps m'offre un point de vue agréable sur la journée ordinaire écoulée. Car l'ordinaire, c'est tout de même ce qu'on vit la plupart du temps. C'est notre vie! Et la vitesse à laquelle elle passe ne me permet pas de me dire "après, ce sera mieux". Alors jour après jour, je célèbre les beautés du quotidien.

  • Cueillette en pyjama
Ca nous a pris comme ça. Avec les filles, juste après notre petit déjeuner, nous avons profité de la douceur matinale, celle d'après la nuit d'orage, pour dépouiller nos arbustes de groseilles et de framboises. Elles étaient toutes appliquées à remplir le saladier, pour qu'ensuite nos fruits deviennent confiture! Après notre agréable tâche matinale, nous étions un peu en retard...mais la cueillet fut un vrai moment de partage.
  • Consoler
Est-ce véritablement un bon moment, celui où l'on console son enfant? On a mal avec lui, on aimerait lui ôter ce moment de douleur, ou de vexation... Cet apprentissage ardu qu'est celui de la vie. Elle a pleuré pendant 40 minutes. Rien de grave, un bobo et une dispute. Aujourd'hui j'ai sû accueillir ses hurlements, sans broncher ni soupirer. Juste être là. Et c'est parfois sympa d'avoir confiance en soi en tant que mère.

  • Tisane
Mon rituel chaque soir. Briser les feuilles. Placer le tout dans ma théière, et laisser infuser si longtemps que je bois mon breuvage tiède. Douce préparation à mon sommeil, à mon temps de lecture et tout simplement au repos.

Bonne soirée...

dimanche 8 juin 2014

Sur le vif



Il y a des jours où l'été nous prend tant qu'il est laborieux de trouver un instant pour poser mes 3 moments positifs.

Alors comme l'exercice est important je prends 5 minutes au lieu de 20, impatiente de filer sous une douche fraîche après cette ambiance caniculaire et animée.
Une liste de temps prendra la place de mes instants habituellement détaillés. Peu importe, l'important est de participer!
Alors ce jour, j'ai apprécié particulièrement:

  • bouquiner allongée sur l'herbe en sortant de la piscine
  • écouter les règles du jeu inventées par ma Grande au Loup Glacé
  • voir la Petite toute étourdie de son tournis, et en redemander
Profitez bien de ces journées estivales!


vendredi 6 juin 2014

06 juin...

Je ne râle plus... ou presque depuis 15 jours.

Et je ne peux que vous encourager à prendre conscience de vos râleries. Même si je n'ai pas eu un comportement totalement dénué de manifestations négatives, enlever la moitié des soupirs/phrases stériles est une sacré pas en avant!

Bilan dans une semaine, avant de passer à autre chose...

3 moments

  • Première baignade
On se trempe parfois ailleurs. A la piscine municipale ou dans un autre pays, un peu plus chaud... Mais la baignade au soleil, à quelques mètres de chez soi, après une journée de travail reste pour moi la meilleure façon de nager un peu... et de boire l'apéro après.

  • La mode. La mode. La mode.
3 robes légères et colorées ce matin. Mes filles et moi. Elles fières comme des paons, et moi tout autant ravie de ces matin où elles rayonnent. 
  • Nos dîners à 2
Très appréciables. j'avais écrit pourquoi ils sont si importants.

Très bon chaud week-end! 

mercredi 4 juin 2014

Méditer? {Ressources}



La méditation gagne aujourd'hui du terrain, et c'est tant mieux. De la même manière que la culture physique est entrée dans les mœurs depuis quelques dizaines d'années, la culture de l'esprit semble intéresser de plus en plus de monde. Et c'est mon cas!

Je pratique la méditation seulement depuis plusieurs mois. Je me suis initiée seule, grâce à des lectures et à YouTube. Pas de retraite, pas de pratique avec un instructeur, pas d'expérience sur le long terme. Mon témoignage est donc celui d'une novice et a pour objectif de partager ma découverte.

Méditer, cela m'a toujours un peu inquiétée. Quel est ce moment où on se coupe de la vie? On doit louper tellement de choses importantes! Quelle angoisse! Ma tête, elle gamberge tellement, cela va me mettre mal à l'aise!

Les retours dans mon entourage de ceux qui pratiquent me laissent songeuse... L'expérience les habite. Au détour de plusieurs lectures, la méditation de pleine conscience est présente, généralement pour louer ses effets bénéfiques sur le bien être psychique.

Alors un soir, je me lance. Je débusque cette vidéo sur internet, je mets mon casque, m'assied sur mon matelas et ferme les yeux.
La simplicité du passage à l'acte me plait. Et voici que je retente l'expérience plusieurs fois par semaine au cours de ces derniers mois. Je m'achète ce fabuleux bouquin (vendu avec un CD de méditation guidée).

Qu'est-ce que ça m'apporte?

Logiquement, nous devrions être assez sages, ou en tout cas assez déconnectés de notre époque, pour ne rien en attendre. Et pratiquer humblement.

Ceci dit, voici les raisons de mon temps d'arrêt quasi quotidien:
  • Les exercices m'aident à focaliser sur le présent.
Lorsque l'on pratique la méditation de pleine conscience, toute notre attention est focalisée sur ce que l'on ressent à l'instant T. On se focalise par exemple sur sa respiration, ou les sons qui nous parviennent. Sans jugement ni projection. Pendant ma journée, je garde à l'esprit ce principe, quand je sens que mon esprit commence à stresser pour des évènements futurs dont je ne sais même pas comment ils se produiront.
  • Je relativise
Dans les exercices, nous prenons conscience de nos pensées, en essayant de les regarder passer. On devient observateur. Ce principe pratiqué régulièrement muscle notre capacité à relativiser, à ne pas nous laisser submerger sous des montagnes (qu'on se construit tout seul). Nos états d'âmes sont passagers, nos pensées nous trompent souvent...
  • Je me mets à l'écoute de mon corps...et de mon esprit
Formidable exercice qu'est le scanner corporel, dans lequel on écoute chaque partie de notre corps, toujours sans interprétation. J'aime sentir mes pieds chauffer, mon ventre se nouer, mon cœur battre. Je prends du temps pour moi pour vivre un peu plus en harmonie.
  • Je ne complexe pas
La méditation n'est pas une compétition, une discipline avec des champions... sur 15 minutes, je dois être dans l'exercice en pleine conscience certainement 5 minutes, mais ce n'est pas grave. Pour moi, l'important est de passer à l'acte. Parfois, mes séances sont très signifiantes. Parfois non. Et ce n'est pas la question, je sais que le travail sera de longue haleine et mon objectif n'est autre que celui m'y atteler.
  • Je suis encore plus présente au monde
Pour moi qui était inquiète de gaspiller du temps à être seule avec moi dans le "néant", je me suis étonnée des effets d'ouverture à mon environnement, à l'autre, à moi. Mes séances se rappellent à moi dans mon quotidien, laissant toutes mes perceptions prendre la place pour vivre l'instant.

La méditation de pleine conscience est donc un moyen accessible de prendre soin de soi, de développer ses compétences à gérer ses émotions, de mieux se connaître
Sur mon chemin vers une vie plus harmonieuse, c'est manifestement une ressource indispensable.

Et vous, vous méditez?



mardi 3 juin 2014

Une minute pour apaiser sa colère....



J'arrête de Râler... Et je m'apaise


Jour 12. Je ressens que mon corps se crispe moins en cas de conflit, que mon esprit s'emballe beaucoup moins. Quand je suis en colère contre les filles, je ne dramatise pas, je n'y ajoute pas de ressentiments, je ne mélange pas ce conflit avec tout ce qui m'emm... en ce moment.
Je m'en tiens au fait, je le relativise. Modifier ma réponse comportementale (ne pas râler) pendant quelques jours me rend aujourd'hui l'exercice plus facile. Lorsque je sens monter l'énervement, je me brieffe en une minute : 

- Qu'est ce qui te met en colère? 
- Es-tu sûre que c'est ce simple acte? 
- A quoi te fait il penser que tu aimerais modifier? 
- Tes sentiments (je suis une mauvaise mère, on y arrivera pas...) sont-ils vrais??

Cette simple minute suffit à relativiser et donc à adapter sa réponse... Si vous essayez (si comme moi certaines situations sont pour vous difficile à gérer sereinement), je serai curieuse d'avoir vos témoignages!


3 moments:

  • Retrouvailles
Quand ma Petite cours vers moi lorsqu'on se rejoint à l'école après notre journée séparée, elle serre fort de ses petits bras... Profitons de ces démonstrations qui avec les années risquent de s'espacer terriblement...

  • Arroser
Et oui le jardin revient souvent dans mes moments appréciés. Le jardin, c'est la simplicité qui émerveille, les choses à leurs places pour lesquelles on donne peu et on reçoit beaucoup. Tous nos sens se rappellent à nous, portés par les odeurs, les couleurs, les lumières... la douceur de l'herbe sous les pieds ou le piquant d'un chardon. Les souvenirs de tous ces printemps qui affluent. Prenez le temps de contempler, de sentir, la prochaine fois que vous êtes au vert!

  • Ecrire
Je dois bien avouer que certains soirs je suis crevée, j'ai des tas de choses à faire ou juste envie de ne rien faire. Et je pense à ma résolution. Ces 3 moments qui, selon les travaux en psychologie positive, sont censés m'aider à devenir un peu plus apte au bonheur. Et je dois dire qu'après un petit mois de pratique, les résultats se font sentir. Je prendrai le temps d'expliquer cela dans un article. En attendant, ce que j'aime en plus lorsque je prends ce temps, c'est découvrir le contenu de mes lignes au moment où mes doigts tapent. Je ne projette pas vraiment au cours de la journée ce que je vais dire le soir, et l'exercice apporte une surprise qui le rend particulièrement agréable...

Belle soirée!

lundi 2 juin 2014

Gandhi & Summer

 
3 moments

  • Juin
Premier lundi de juin, le mois qui donne tellement de temps partagés. Avec plus de concerts, plus de spectacle, de festivals, de fêtes d'école, de cadeaux, d'anniversaire, de fêtes des pères... Et c'était le premier matin où sur le chemin de l'école nous avons pu balader nos gambettes à l'air, les épaules simplement couvertes d'un gilet.
  • Fraises
Après l'école, nous avons poussé son portail et découvert le jardin un peu moins entretenu mais débordant... Le sol était constellé de points rouges, tellement qu'on n'aurait jamais pu les compter. Les filles ont cueillis leur premières fraises, les ont avalées, et une fois qu'elles en ont eu assez, ont patiemment remplis leur panier. Ma Grande a remercié son Pépé qui n'est plus, mais grâce à qui demain on fera des confitures si bonnes que pour une fois, elle en mangera à la place du Nutella.

  • La chanson pourrie de James Blunt
Oui, celle du générique de l'Amour est dans le Pré. Je l'entends résonner pendant que j'écris ces lignes, et à chaque fois je me revois en train de manger une pêche, toutes fenêtres ouvertes, après une chaude journée de piscine... Cette émission est un peu comme Fort Boyard, le signal de départ d'un temps qu'on vit différemment.


Défi jour 11 : c'est pas moi qui râle, c'est l'autre!
 
Lorsque j'échange avec quelqu'un sur mon défi, une fois sur deux j'observe la même réaction "Oh ben je devrais t'envoyer mon mec / ma femme ça lui ferait pas de mal!"
 
Et oui... Alors je cite Gandhi : "Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde".
 
Et je confirme (oui bon je ne vais quand même pas contredire Gandhi). Bonne nuit! 


dimanche 1 juin 2014

Dimanche au calme....


3 Moments


  • Cuisiner avec ma Grande
Alors qu'habituellement elle peut rechigner, ce dimanche chaque repas fut élaboré par ses soins. Préparation de la vinaigrette à midi, de la pâte brisée ce soir. C'est tellement rare que j'adore ça, et depuis que je ne râle (presque) plus, elle semble préférer l'instant...
  • Prendre 10 minutes pour moi
Il reste les chambres à ranger, les draps à changer, le repas à préparer... Et puis il y a le soleil, je sors de la douche, peut être est-ce le moment de s'accorder du temps pour avoir des pieds corrects dans mes sandales. Alors comme vu sur internet, je les laisse barboter dans du gros sel, je crème généreusement, je lime, je mets du vernis... Et me voilà enchantée de ce moment et de mes pieds (enfin de mes pieds.... vite dit mais il y a du progrès).
  • Youtube
Avant de partir courir je tape sur mon Iphone "Conférence Pierre Rabhi", "Psychologie Positive", "Conférence TED en Français"... Et me voilà alors que j'en suis souvent loin dans l'assemblée de ces discours plein de ressources. En courant, j'écoute...Quelle chance!

J'arrête de Râler?

Peu de changement, je ne suis pas à zéro râlerie par jour. J'aimerai quand même me remobiliser sur ce projet, le début de semaine sera certainement opportun après celle écoulée...


Bonne semaine!

samedi 31 mai 2014

Agitée

Mon Défi
J'arrête de râler jour 10. Je ressens un grand changement sur mes situations "à risque" : le matin est sous contrôle, les tâches ménagères aussi...
Je déborde toujours, sous la fatigue par exemple aujourd'hui. Mais avec beaucoup de recul, je ne me laisse plus submerger par mes états d'âme.

Mes 12 moments

En vrac... 3 moments appréciés-savourés chaque jour depuis mercredi...

  • Un mot gentil de ma prof de danse
  • Un restaurant en amoureux
  • Une discussion à bâton rompu
  • Les amis de passage
  • Un investissement collectif dans une belle journée
  • Ma petite fille qui raconte sa rencontre avec un crocodile
  • Faire les courses (et oui!)
  • Observer ma grande fille qui court après les garçons
  • Toutes les bonnes choses cuisinées par mes voisins (oh délice de l'apéro dînatoire)
  • La grasse matinée
  • Lire
  • Ne pas sortir
Et dormir, dormir, dormir! La semaine fut dense, je ne trouves pas quotidiennement le temps de venir...mais je vais essayer d'y remédier. Bon week-end!

mardi 27 mai 2014

27 mai

 
 
Défi "J'arrête de Râler"

Jour 6. Hormis avec les enfants (parler plus fort qu'elles est parfois encore mon seul recours), j'ai supprimé 90% de mes râleries. Je ne soupire plus quand le métro est bloqué, finis les remarques systématiques à mon cher et tendre au sujet de la vie domestique... Tout cela devient naturel! Je ne fais plus autant d'efforts qu'au début du défi, c'est très encourageant pour la suite. Et cela semble parfois contagieux....

Mes 3 moments

  • Manger face à l'Opéra Garnier

Trafic du métro interrompu. Je peux patienter des heures sous terre ou dépenser beaucoup d'énergie pour reprendre 3 métros pour arriver à destination... Ou alors je profite de ma chance! Station Opéra, je sors acheter un sandwich, et m'installe en fine observatrice des dorures du palais. 15 minutes, et j'y retourne, le trafic reprend, ma pause déjeuner s'est faite un peu différemment. Et me laissera de belles images en tête!


  • TGV
Le calme dans le wagon, le ciel qui s'agrandit au fur et à mesure qu'on quitte Paris, la lecture et la sieste... Douce transition.

  • Les rires des filles
En rafale...

dimanche 25 mai 2014

A l'air libre....


Oups, hier je n'ai pas trouver le temps de venir écrire mes chouettes moments. Comme l'exercice est important pour moi, je l'ai fait dans ma tête au moment de m'endormir...Pour ceux qui veulent s'essayer à cette méthode, ça peut être un bon début! Et ce soir, je reprends les bonnes habitudes, avec des bonheurs de plein air...

Mes 3 Moments

  • A bicyclette
Je ne sais pas pourquoi j'aime autant le vélo... Certainement parce que c'est pile le rythme qui me convient. A pieds, je m'ennuie, en voiture, je ne vois rien. Le village est plus beau à vélo. Aujourd'hui nous sommes allés voter tous les 4, la petite dans mon dos, la grande pour la première fois sur la route avec son bolide, et heureusement leur papa pour veiller sur la troupe...

  • Lire dehors
Sur le transat, face aux arbres et au pré, j'ai lu. Sans cramer au soleil, sans être gênée par le vent, dans le silence du dimanche, avec juste en fond les discussions de ma grande et de la petite voisine. Je devais lire en prévision de mon oral de mardi, et j'ai vite préféré mon roman qui me plait tant au manuel sur le CCC...pour que l'instant soit plus réussi!

  • Bouger
Courir ce matin, pédaler, me réessayer au badminton, danser... c'est donc vrai, cette histoire d'endorphines! Depuis ma petite immobilisation de plusieurs semaines en début d'année, je mesure ma chance de pouvoir  me défouler.

 
Mon défi
 
 
Aujourd'hui le bracelet a bougé 8 fois. 6 fois pour les filles (inondation de salle de bain, fameux conflit du shampooing qui dure depuis 3 ans...) et 2 fois simplement car je stresse un peu d'être prête pour mon voyage à Paris demain (valise, cartable, oral...). Honnêtement, je me dis ce soir que je peux largement réduire. Les raleries stériles quand on prépare ses bagages avec du retard ne font pas avancer le schmilblik. Quant aux enfants, bien que je sache qu'on s'énerve souvent pour rien, je me pose des questions sur le bien fondé de leur signifier notre colère. Je ne sais pas!?...
 
 
J'espère que le week-end vous a apporté aussi beaucoup et que vous en avez profité! Bonne fête les mamans!

vendredi 23 mai 2014

Accueillir nos émotions


Mon défi se modifie...

Mon voyage me mène là où je ne m'attendais pas.
Arrêter de râler m'a posé question. Est-ce qu'on ne contient pas trop nos émotions?
Aujourd'hui j'ai eu quelques éléments de réponse suite à un entretien avec une psychologue clinicienne.

En gros, pour gérer ses émotions, il faut savoir les accueillir. Se donner le droit de les éprouver. Isabelle Filliozat explique tout bien ici leur utilité.
Arrêter de râler ou de s'énerver, c'est avoir un contrôle incroyable de ses ressentis. Et si certaines émotions s'invitent dans notre esprit avec classe et politesse, d'autres squattent et envahissent notre raison. Parfois, ça déborde, et le seul biais cognitivo-comportemental ne les délogera pas si facilement (ou pour les placer là où on ne les voit pas, dans nos maladies chroniques ou nos cauchemars). En d'autre terme, il est possible de réussir à s'améliorer en agissant sur nos comportements (de nombreuses études ont prouvé que cela fonctionne, et c'est ce qui m'intéresse dans la psychologie positive), mais quand ça coince trop, une autre approche est nécessaire.

Mon seul objectif : la prise de conscience

Je poursuis mon défi car il m'apporte de précieux :

  • la prise de conscience, qui pousse à agir
  • l'écoute, car à ne plus réagir excessivement, j'accueille mieux ce qu'ont à dire les autres 
  • la bienveillance. 


Donc mes règles changent: pendant 21 jours, je note mes râleries, je tourne ma langue 7 fois dans ma bouche... Mais je ne vise plus l'objectif zéro. Si quelque chose me met en colère, je m'efforcerai de le dire, j'essaierai de l'accueillir, d'y réfléchir. Et je l 'inviterai dans un espace délimité.

Zéro râlerie pendant 21 jours est certainement atteignable, et si j'y arrive je serai la première ravie!
Si de votre côté vous testez l'expérience, je serai curieuse d'avoir votre avis!

Mes 3 moments

  • 3 heures avec Julien Doré
Pour la seconde fois, j'assiste à une date de la tournée LOVE. Sauf que cette fois, c'est en solo. J'avoue que si j'avais pu vendre ma place, je l'aurai fait, ravie d'échapper à la route et à la fatigue. Mais quelle soirée! Mon idole était visiblement en forme (ce qui n'était pas autant le cas la dernière fois), la salle intime, l'ambiance au sommet (Montceau-les-Mines, ça déchire). Et d'être seule, j'ai pu dévorer le moment. Je me suis régalée, je n'ai pensé à rien d'autre.
  • M'asseoir sur une banc, 5 minutes avec moi
En avance à un rendez-vous, je décide de vite mettre à profit mon avance pour faire une course. Et puis il fait beau, et mes talons sont un peu hauts. Le banc sur les quais entre ombre et soleil me donne l'idéale contemplation de la ville,qui comme tout lieu en cette saison a une beauté à son apogée. Les bateaux de plaisance apportent l'été. C'est l'heure, j'y vais.
  • Chanter
Dans la voiture... Mais avec l'envie de recommencer, juste une fois, avec comme scène n'importe quoi mais le faire en vrai. En attendant je vais recommencer à chanter d'autre chose que les comptines et les BO de Disney, mais quand on aime quelque chose, c'est dommage de s'en priver. Il faut que ça redevienne une priorité. Mais en attendant, s'égosiller dans la voiture m'a comblée.

jeudi 22 mai 2014

Gérer ses émotions - Tribute to Isabelle Filliozat {Ressource}

En fait, en souhaitant arrêter de râler, je cherche surtout à maîtriser mes réactions émotionnelles parasites...
Elles représentent 95 % de nos réactions. Cela signifie que, dans 95 % des cas, on se met en colère, on pleure... pour autre chose que le contexte direct. Nos comportements sont inappropriés, décalés par rapport au déclencheur.
Petite vidéo qui explique le manège de nos émotions...



Passer à l'Action



Mon défi "J'arrête de râler"

Et voilà, je recommence mon défi au jour 1.

Parce que je me suis énervée, parce que les enfants (la grande est en phase infecte), parce que les mauvaises nouvelles, parce que les responsabilités...(je pense sérieusement que je réussirai les doigts dans le nez ce défi sans mercredi!).

Mais je sais que mon attitude a empiré la situation... Je me sens ensuite toute mal, je culpabilise, j'ai honte...
Pas par rapport au défi (je ne suis pas folle vous savez), mais parce que ce n'est pas comme ça que je veux vivre ma vie de tous les jours.


Alors je repars avec toujours autant d'espoir...
Je sais comme les jours réussis étaient agréables à vivre. Et je mesure  à quel point cela est aidant quand on doit accueillir des nouvelles difficiles. On ne se pollue plus et on laisse de la place à l'amour pour se donner du courage.


Et je me dis aussi que cela m'aide à identifier les axes de ma vie à améliorer. Je vois par exemple que ma grande fille a besoin d'un cadre plus rassurant, qu'il faut que je trouve les ressources pour l'apporter ( par exemple en lisant des ouvrages sur le sujet, en discutant avec des professionnels...). Au lieu de râler, il faut passer à l'acte


Mes 3 moments

Un petit mix d'hier et d'aujourd'hui, car en ce moment les soirées sont chargées... 

- Tête à tête
En ce moment, ma relation avec ma grande fille est agitée. Alors quand nous avons profité de la sieste de sa soeur pour se poser devant la Reine des Neiges, tout en câlin, j'ai apprécié ce moment d'apaisement.

- Roman
Passage hyper express à la libraire pour attraper un roman. cela fait une éternité que je n'accroche pas à mes lectures. Celui-ci m'inspirait, la libraire avec qui je partage les mêmes goûts l'adorait. J'ai débuté ma lecture et je sens que ce livre va me faire voyager...

- Démaquillage
J'ai pris un énorme tas de coton, mon lait démaquillant qui sent bon, et devant Breaking Bad, j'ai pris le temps de le démaquiller correctement. Ce n'est pas le cas tous les soirs, où souvent trop naze, j'abrège en deux coups de cotons. Là j'ai pris soin de ma peau, et cela fait du bien de s'occuper de soi (même devant Beaking Bad).

Belle journée, ce soir je retrouve Julien Doré!!

mardi 20 mai 2014

Se contrôler, est-ce se nier?



Mes 3 moments


Le Comté
Je suis retombée sur cette photo prise il y a quelques mois..."Le Comté a des vertus insoupçonnables et ne fait pas grossir". Et voilà un domaine sur lequel je peux lâcher le contrôle...

Talentueuse Copine
Elle est venue aujourd'hui et cela m'a donné envie dans ces 3 moments de célébrer son talent. Sur son blog, les images parlent et nous rappellent la beauté de tout ce qui existe autour de nous. Son regard sur les gens, la nature, la ville, la vie est emprunt de poésie...

Boulot...
En repensant à ma journée, je me vois dans le bureau, absorbée toute entière par ma tâche. J'y trouvais du sens, j'avais confiance en ce que je faisais. Je me dis que c'était un bon moment.

Mon défi "J'arrête de Râler"


Jour 2 avec le bracelet au même poignet, jour 6 depuis le début du défi.

Je suis toujours dans une phase où le contrôle me demande des efforts J'arrive à identifier mes sensations corporelles quand la râlerie arrive (ventre qui se noue, gorge qui se serre...), et je trouve en général un échappatoire : souvent, quitter la pièce. Ce matin, la grande a tout essayé pour me faire enrager : elle refusait tout en bloc, et l'heure de l'école était passée. Bon, nous sommes arrivées les dernières. Mais avec le coeur léger.
Je suis très contente de cette stratégie, surtout avec les filles. Je préfère leur donner l'exemple d'un adulte calme et posé; j'incarne enfin tout ce que je souhaite leur inculquer. Evidemment je ne démissionne pas. Je lui dis ce qui ne va pas, mais sur un ton doux.

Ne pas râler, est-ce trop nier ses ressentis?

Néanmoins, depuis le début du défi, je fais des terreurs nocturnes terribles dans lesquelles je griffe, je tape mon voisin de sommier (de bien chouettes effets secondaires! Ceci dit, moi, je ne m'en souviens pas...)
Alors??
Je suis sûre de bien faire en ne me laissant pas déborder par mes émotions, j'apprécie mieux mon quotidien et donc j'imagine qu'à moyen/long terme cette nouvelle attitude va m'apporter énormément.
Et puis refouler dans un inconscient de toutes façon déjà bien chargé...c'est humain!
Ou alors est-ce super pathologique de vouloir se contrôler de la sorte? Pour moi non, car si je ne croyais pas en la perfectibilité de l'homme, je ne ferai pas mon métier...

Ceci dit, comme je prends très très au sérieux ma petite entreprise, je discuterai rapidement de cela avec une psychologue, pour avoir son avis...
Qu'en pensez-vous?